• Okavango Delta: Keep the oil industry out of Africa’s natural treasure!
    The Okavango Basin is an endorheic basin that covers an area of over 2.5 million km2 across Namibia, Angola and Botswana. The basin, which includes the Okavango Delta, is one of Africa’s most biodiverse habitats, home to a myriad of birds and megafauna species including the largest African elephant population left on the planet. The delta, a Ramsar and UNESCO World Heritage Site, remains one of the largest intact wetlands. Nearly one million people are dependent on the Okavango basin for their livelihoods. ReconAfrica’s license is completely within the Kavango Zambezi Transfrontier area and overlaps with six locally managed wildlife reserves and a UNESCO World Heritage Site. African elephants, African wild dogs, lions, leopards, giraffes, birds and rare flora will be deleteriously affected by the project. Environmentalists point to the Niger Delta in Nigeria, where oil exploitation by Shell and other corporations has caused an ecological and social nightmare. This must not be repeated in Namibia and Botswana. Namibian and Botswana environmentalists anticipate the following impacts: 🐝 The region’s ecosystem will be destroyed by a Canadian company that will rake in 90% of the profits. 🐝 ReconAfrica’s project will lead us to burn through what little remains of the planet’s dwindling global carbon budget and hampers global efforts to move beyond fossil fuels. The company must not be allowed to destroy such a globally vital conservation area under the guise of economic development. 🐝 Oil and gas extraction is a menace to wildlife. Loud noises, human movement and vehicle traffic from drilling operations can disrupt avian species’ communication, breeding and nesting. 🐝 The infrastructure built for energy development can also have a negative impact: power lines, well pads, fences and roads fragment the habitats of many species. 🐝 The construction of roads, facilities and drilling sites known as well pads requires the use of heavy equipment and can destroy big chunks of pristine wilderness. 🐝 Such damage is often irreversible. 🐝 Transporting the oil rig will destroy local roads. How heavy oil and gas industry equipment has impacted road infrastructure and led to deadly accidents has been amply documented in other countries. 🐝 The region’s tourism industry will be shaken and thousands of people might not only lose their jobs, but their investments as well. Who would want to go on safari in a landscape littered with oil wells? 🐝 The project would deplete and pollute the region’s aquifer. How can one justify giving an overseas company unbridled access to the region’s most precious resource? 🐝 The project will worsen food insecurity in the region, as water is the life source of communities in the Okavango ecosystem.
    556 of 600 Signatures
    Created by Fridays For Future Windhoek Picture
  • Désastre écologique dans le village Ngoura situé dans le département de la Kadey à l'Est du Cameroun
    nous les ami(e)s de la conservation de la nature , réunis au sein du groupe WhatsApp Moocs Gestion des aires protégées, venons auprès de vous, solliciter votre pétition pour le retrait du permis d'exploitation minière à la Société Chinoise qui exploite de l'or dans le village Ngoura du département de la Kadey, et qui est responsable du stress hydrique dans une zone déjà semi désertique, et de la mort de plusieurs espèces protégées qui font l'unicité faunique de notre pays. Dans l'attente d'une suite extrêmement favorable, nous vous prions de bien vouloir réagir de manière urgente pour éviter la catastrophe écologique qui s'annonce , et donc les populations locales ont droits à l'eau une ressource en eau de bonne qualité.
    25 of 100 Signatures
    Created by Jean Paul Lucky
  • Protégeons la biodiversité !!!
    D’après la page Facebook « Alertes environnementales au Sénégal », l’absence de l’homme sur certaines plages avec la pandémie du Covid-19 a entrainé le retour des tortures Caouannes au niveau des côtes sénégalaises au bonheur des braconniers et au malheur de la biodiversité car l’espèce joue un rôle important dans l’équilibre des écosystèmes marins. Notre caractère anthropocentrique nous pousse à négliger certaines espèces tout en oubliant que tout est lié dans la nature, aucune espèce ne peut être considérée comme non indispensable. Conscient de l’importance de la tortue Caouanne et de sa faible reproduction dans le temps et dans l’espace, il serait urgent de mettre en place une stratégie pour accueillir et protéger dans nos côtes la tortue Caouanne (ressource biologique partagée) à notre qualité de « Téranga sénégalais » (hospitalité). Sauvons la Tortue Caouanne, pour participer à la conservation des espèces animales indispensables à l’équilibre des écosystèmes marins en cette journée internationale de l’environnement dont le thème est « La biodiversité une source de préoccupation à la fois urgente et existentielle ».Les événements récents comme les feux de brousse au Brésil, aux Etats -Unis et en Australie ou les infections de criquets en Afrique de l’Est, et maintenant, une pandémie mondiale, démontrent l’interdépendance des êtres humains et des réseaux de vie dans lesquels ils vivent. La nature nous envoie un message (http://www.worldenvironnementday.gobal/). According to the Facebook page “Alertes Environnementales au Senegal”, the absence of man on certain beaches brought about by the Covid-19 has led to the return of Loggerhead Turtles to the coast of Senegal to the happiness of poachers and the misfortune of biodiversity because the species plays a key role in balancing marine ecosystems. Our anthropocentric nature urges us to overlook some species while forgetting that everything is connected when it comes to deal with nature, no species indeed can be considered apart. Aware of the importance of the Loggerhead Turtle and of its low reproduction in time and space, it would be urgent to implement a strategy to welcome and protect in our coasts the Loggerhead Turtle (shared biological resource) on behalf of our quality "Senegalese Teranga" (hospitality). Save the Loggerhead Turtle, to be instrumental in the conservation of animal species overriding to the balance of marine ecosystems on this International Environment Day, the theme of which is "Biodiversity, a source of both urgent and existential concern". Recent events like bush fires in Brazil, the United States and Australia or locust invasions in East Africa, and the current global pandemic, epitomize the interdependence of human beings and life networks in which they live. Nature sends us a message (http://www.worldenvironnementday.gobal/). Tel: +221 77 497 73 21 Website: http://www.leadsenegal.org/ Email: info@leadsenegal.org Facebook:@senegalead Twitter: @SenegalLead
    19 of 100 Signatures
    Created by Ababacar diop Picture
  • RDC: le chef-lieu de la province de la Mongala( Lisala) menacé de disparition par des érosions
    Suite aux catastrophes naturelles à Lisala, plusieurs ménages relocalisés éprouvent des difficultés et essaient de se reconstruire après avoir trouvé de terre aux localités de groupement Mondunga, Boso-kuluki,et Ebongo-Mika,les érosions emporté leurs maisons depuis les décennies, et sont obligé de se déplacer vers le nouveau site ,le gouvernement n’offre pas aux sinistrés de nouvelles habitations et les associations locales étant dépourvues de moyen nécessaire pour face aux érosions, la société civile de la Mongala et la population ont toujours poussées les autorités provinciales afin de trouver certains mécanisme d’atténuation mais leurs requêtes restent sans suite. L’appui du gouvernement central et provincial que nous sollicitons s’inscrivent dans le cadre des activités prioritaires de Réduction des Risques de catastrophes Naturelles en RDC, qui vise la prévention et la réponse aux catastrophes naturelles en toute urgence. Cette cause me tient beaucoup à coeur et cela me ferait vraiment plaisir que vous signiez aussi. Chaque signature compte pour faire de cette pétition un succès et pouvoir ainsi changer les choses. Et surtout, n'hésitez pas à partager cette pétition après l'avoir signée. Me rejoindrez-vous pour agir en faveur de cette campagne ? +243815412213
    51 of 100 Signatures
    Created by Delvis Folo
  • Ne Touche pas à nos terres ancestrales - U wesu Pehalal !!!!!!
    Présentation Il se trouve que le gouvernement camerounais, avec l'aide de certains lobbies tapis dans l´ombre voudrait priver les populations de villes de Yabassi, Yingui, une partie de Ngambe et une partie de Ndikiniméki d'une superficie de près de 85 000 ha de forêt au fallacieux motif que ces hectares ne sont ni occupés, ni exploités. Or, pour qui connait l´histoire coloniale du Cameroun, l´on devrait se rappeler qu´à la faveur d´un arrêté préfectoral de 1963, ces populations qui y vivaient paisiblement avaient été déguerpies manu militari par la jeune armée camerounaise, fortement soutenue par l´armée coloniale française, qui faisait face á une féroce rébellion réfugiée dans cette forêt. Des villages avaient été totalement vidés de toute vie humaine, laissant derrière eux églises, écoles, cimetières, plantations, habitations, cheptel (chèvres, moutons, porcs, volaille) et animaux de compagnie (chiens, chats). Aujourd'hui encore subsistent dans cette forêt de nombreux vestiges qui témoignent du vécu et du passé de ces populations à cet endroit. Elles furent alors contraintes de s´exiler vers d´autres villes camerounaises, notamment dans le département du Mungo ( Loum, Penja, Mombo), celui du wouri ( Douala et ses environs), de la Sanaga-maritime(Edéa, Dizangue, Sombengue, Pouma), du Nkam (Carrefour Bonepoupa, Kopongo, PK 12 à 30). De quoi s´agit-il? Alors que la nouvelle génération issue de ces populations autrefois déportées amorce depuis quelques années son retour sur ses terres ancestrales à travers un programme de repeuplement de leurs terres( Construction des habitations, création des plantations, ouverture des écoles, points d´eau) voici que le gouvernement du Cameroun voudrait les priver de leur patrimoine foncier ancestral, en évitant de discuter directement avec les chefs de villages et les propriétaires des terres, mais plutôt avec des suppôts à sa solde. Outre le fait que les populations voudraient défendre leurs intérêts fonciers ancestraux, il se trouve que cette vaste superficie regorge d´immenses richesses en termes de flore et faune, des espèces animales protégées et de plusieurs essences (arbres). Ce qui fait la convoitise de certains fonctionnaires zélés qui voudraient l´offrir sous cape à un forestier aux fins de l´exploiter sous forme d' UFA (unité forestière aménagée) sans que les populations concernées aient leur mot à dire. Des réunions présidées par le préfet du département du Nkam se limitent au seul monologue de ce dernier qui ne laisse aucune place á la contradiction; des réunions dont le mode de convocation, de même que le choix des personnes devant y prendre part se font à la tête du client le moins gênant dans l´affaire. Que dire alors de la superficie et des villages concernés : Tabou. Que faut-il faire? Il s´agit de soutenir les pauvres populations dans la défense de leurs droits ancestraux en invitant le gouvernement camerounais, notamment les fonctionnaires zélés à surseoir à leur sale besogne. Non pas que ces populations sont contre un quelconque projet de développement, mais de grâce elles souhaitent maîtriser les tenants et les aboutissants du projet. Elles souhaitent que les autorités administratives leur octroient des titres fonciers sur ce territoire, et que la biodiversité de ce territoire soit protégée. C´est leur biotope. Aussi en appellent-elles à toute personne, institution ou action qui pourrait les accompagner dans ce difficile combat pour la défense de leur héritage ancestral. Terre des Aïeux. A wesu Pehalal !
    2,224 of 3,000 Signatures
    Created by Marie Grâce Ngo Mbog
  • TELL TANZANIA TO RE-BAN TROPHY HUNTING
    Tanzania has lifted the ban on trophy hunting, allowing Tanzanian citizens and holders of foreign residence a chance to hunt and kill wildlife for meat and wall decoration. The government has defended the move saying it would go a long way in supporting conservation of wildlife, when in actual fact, it is simply folding to the highest bidder. The initial hunting ban, imposed in October 2015, came as a response to abuse and misuse of hunting permits - this decision leaves wildlife vulnerable to the same. Certain species of elephant, rhino, lion, cheetah, giraffe and zebra are threatened with extinction - which means that they have international protection and shouldn't be killed for fun! Unfortunately, the Tanzania government has chosen to ignore this. According to scientists, we have entered the sixth mass extinction and with climate change, habitat loss and poaching, we really can not afford to lose any of our wildlife species... …especially, if it's just to kill an iconic species to hang on a foreigner’s wall! We cannot afford to lose Africa's dwindling wildlife population. Articles: https://www.theeastafrican.co.ke/news/ea/Tanzania-lifts-ban-on-hunting-trophies-bush-meat/4552908-4848704-view-asAMP-7shcbfz/index.html?__twitter_impression=true
    7,932 of 8,000 Signatures
    Created by Desiree Laverne Picture
  • CAMEROON: STOP À LA DESTRUCTION DE L'ENVIRONNEMENT PAR L'EST L'EXPLOITATION MINIÈRE NON CONTRÔLÉE
    Les hectares des forêts, de terres, des cours sont détruits et des trous béants de profondeurs de 30 à 40m sont abandonnés par les exploitants miniers Chinois et Camerounais sans aucune restauration. Les populations locales voient leurs modes de vie changé complètement entraînant des multiples maladie dû à la qualité des eaux, les trous béants abandonnés causant les morts des personnes (enfants, femmes, hommes) , animaux sauvages et domestiques. Ces non respect des lois entraînent les facteurs du changement climatique n dans la région.
    84 of 100 Signatures
    Created by Michel Ndoedje
  • RD CONGO : NON AU DECLASSEMENT PARTIEL DES PARCS NATIONAUX DE SALONGA ET VIRUNGA
    Les aires protégées de la RD Congo restent primordiales pour les populations riveraines, dans la mesure où celles-ci en tirent de nombreuses ressources pour leur substance (plantes médicinales, pêche de substance, bois, miel etc.) et offrent des opportunités économiques. Les menaces et pressions sur les ressources naturelles dans les aires protégées sont un danger non seulement pour l'homme congolais mais aussi pour l'humanité entière et la pérennité de la vie sur terre. La Salonga abrite jusqu'à 40% de la population mondiale de bonobos, tandis que les Virunga constituent un habitat vital pour de nombreuses espèces protégées, notamment les hippopotames, les éléphants et certains des derniers gorilles de montagne du monde. La pollution due aux activités pétrolières mettrait en péril la biodiversité du Parc et compromettrait l'intégrité de sa valeur universelle exceptionnelle. Cette pollution peut provoquer la contamination du lac Édouard qui sert de ressource primaire pour l'alimentation des populations autour et à l'intérieur des Virunga, notamment les pêcheurs, ceux qui vendent les poissons, ceux qui en consomment, donc des millions de personnes verront leurs vulnérabilité et pauvreté s’aggraver par la destruction du lac Edouard. C'est dans le souci de prévenir ces genres de catastrophes que la Constitution de la RD Congo, en son article 53 stipule que: « Toute personne a droit à un environnement sain et propice à son épanouissement intégral. Elle a le devoir de le défendre. L'Etat veille à la protection de l'environnement et à la santé de la population ».
    2,958 of 3,000 Signatures
    Created by Jersey Mpanzu Picture
  • KENYA: Protect Nairobi National Park
    Kenya Railways Corporation & China Road and Bridge Corporation have proceeded with Phase 2 of Kenya's Standard Gauge despite a court order preventing this on account of an unlawfully obtained Environmental Impact Assessment. Any gains related to this development are shortsighted as there is so much more to lose: For starters, the Park is a world famous tourist attraction sight and major revenue earner for the country. It ranks fifth in respect to visitation and income generation - and has 100,000 visitors per year, earning the country 450,000 USD annually. Naturally, it provides employment for hundreds of Kenyans. Not only is the Nairobi National Park a Black Rhino Sanctuary (Black Rhinos are highly endangered) it is home to over 100 species of mammals and 400 species of birds. It provides dry season refuge for wildlife, with its greatly diverse habitats. The Park also services the ecosystem by purifying the Mbagathi River's water, it is a Carbon sink (One of Nairobi’s lungs) and it is a crucial area for education.
    4,170 of 5,000 Signatures
    Created by Omesa Samwel Picture
  • Non à l'attribution de nouvelles concessions mettant en péril la forêt de la RD Congo.
    La sauvegarde mieux la conservation de la forêt de la République Démocratique du Congo ce pays qui, en lui seul possède environ 60% des forêts couvrant une superficie estimée à 145 millions d’hectares, environ 67% du territoire national et qui est le deuxième poumon mondial en terme de superficie forestière après l'Amazone au Brésil, doit devenir une préoccupation qui requière l'implication de toute l'Afrique et pourquoi pas du monde entier. D’après les différentes estimations faites, il y a quelques années avant, il a été remarqué que, environ 25% des 75% des forêts les plus importantes pour la conservation des espèces d’oiseaux menacées se situent dans la seule Afrique centrale , et en Afrique, la RD Congo vient en tête avec ses écosystèmes les plus riches avec 11.000 espèces végétales identifiées dont 1/3 serait endémique . Donc , l’intérêt de protéger cette forêt qui est une véritable réserve de biodiversité biologique et qui garantie pour la survie de notre planète ne doit pas être négocié partant du rôle combien important qu'elle joue dans la nature( dégagement de l'oxygène qui est très important pour la survie de toutes les espèces tant humaines , animales que végétales). En même temps, la forêt adsorbe le gaz carbonique et équilibre le climat sur toute la surface de notre continent en nous épargnant ainsi des drames tels que: le réchauffement climatique, les perturbations des saisons, les inondations ou tsunamis etc... En outre, la forêt est un excellent milieu de vie et ce, depuis des temps anciens des certaines populations locales mais aussi des animaux et oiseaux. Alors, laisser un certain groupe de personnes contribuer à la dégradation et à la déforestation des écosystèmes forestiers de la RD Congo c'est porter atteinte au droit à l'environnement des hommes mais aussi de la faune dont certaines espèces rares ne font que disparaître par le fait du braconnage favorisé par l'exploitation illégale et illicite de la forêt. Que donc, tout le peuple congolais, africain et du monde entier s'élèvent pour dire non à cette entreprise illicite de destruction de la forêt de la RD Congo et ce, avant que cela ne puisse coûter cher à notre vie et survie et ainsi compromettre l'avenir de notre existence.
    70 of 100 Signatures
    Created by Patrick Mavinga Picture
  • NON A L'EXPLOITATION ILLICITE DE BOIS
    Par ce que ils exploitent sans tenir compte des méthodes d'exploitation durable. ils ne reboisent pas, ils coupent les espèces sans tenir compte de leur valeur écologique, économique, culturelle, sociale et ou alimentaire. ils échappent aux impôts et la population locale ne trouve pas profit de cette exploitation, ça crée également des conflits
    31 of 100 Signatures
    Created by MOMBOLO CHRISTIAN
  • SOUTH AFRICA: Keep Fracking Out of the Drakensberg & Karoo
    The Drakensberg is the source of water on which over 5 million people, in cities like Estcourt, Howick, Pietermaritzburg & Durban, depend on for their water supply. If Fracking is permitted all life in our province stands to be jeopardised. Each fracking well uses between 6 and 25 million litres of water and up to 150 000kgs of sand to create cracks in the rocks and release the gas. Farming in the Drakensberg & Karoo will also be destroyed if the water is polluted, affecting our food supply and raising food prices considerably. We are a water scarce country which has abundant sunlight - surely we should capture this source of energy rather than destroy our water supply? Technical Cooperation Permits have been issued to Rhino Oil and Gas and Sungu Sungu to explore the possibilities of extracting shale gas in Balgowan, Kamberg, Karkloof and surrounding areas.
    1,205 of 2,000 Signatures
    Created by Sherebanu Kajee